Album

Roche et roule
Roche et roule

Roche et roule Vilain Pingouin


Passe-moi le celt

instrumental

Le droit de chialer

Pourquoi, pourquoi que tout va mal?
On dirait même que le monde a l'air à trouver ça normal.
O.K. j'suis pas allé voter, c'est parce que j'avais pas le temps.
J'devrais quand même pouvoir dire que
Je pense que le problème c'est le gouvernement.
Mais j'y donne ma chemise même si c'est ma seule.
J'arrête ma crise pis j'ferme ma gueule.
Parce qu'on m'a dit que le droit de voter,
Ben c'est aussi le droit de chialer.
Pourtant, j'ai essayé de comprendre.
J'ai vraiment fait de mon mieux j'vous l'jure j'ai tout fait pour
apprendre.
Pis en plus, j'ai même regardé la Chambre des communes.
Y'ont tenu leur promesse après deux minutes j'étais dans la lune.
C'est pas de ma faute la politique ça m'étourdit.
Ça doit être à regarder ceux qui la pratique tourner en rond.
Moi j'vais pas voter, ça j'vous l'avais déjà dit, mais si j'me retenais
pas, j'dirais aussi ce que je pense qu'ils sont.
Mais j'leur donne ma chemise même si c'est ma seule.
J'arrête ma crise pis j'ferme ma gueule.
Parce qu'on m'a dit que le droit de voter, ben c'est aussi le droit de
chialer.
Mais ça n'sera pas long j'vais me tanner pis j'vais y aller.
J'vais mettre des X partout à côté de chaque nom pour qu'ils comprennent
que moi je n'suis plus capable, qu'ils arrêtent un peu de me taxer.
Pis la chemise qu'ils portent y'a des bonnes chance que ce soit la mienne
J'reprends ma chemise même s'ils la veulent.
Je repars ma crise pis j'm'ouvre la gueule.
Parce que j'ai compris que le droit de voter, c'est aussi le droit de
chialer.

La mort

Les yeux fermés, les poings serrés
y'en a qui se battent pour n'pas y rester.
Mais quoi que vous fassiez le temps que
vous êtes sur la terre ça changera pas
le fait que vous finirez en poussière.
Je suis la mort.
Je suis bien des choses dans votre imagination.
Je suis la mort.
Je suis le début ou la fin c'est à vous de deviner.
Qu'on me traite de chienne
pour moi ça change rien.
Je retrouve tout le monde au bout du chemin.
Pour bien comprendre la valeur de la vie,
ben il faut goûter à la mort aussi.
Mais j'suis pas là pour vous effrayer,
j'fais juste mon travail qui est de récolter.
Avec votre aide entre les deux
hémisphères, je fais vraiment de très
bonnes affaires.
Refrain
Je vous ronge l'âme, je vous ronge les os.
Tôt ou tard je vous colle à la peau.
Votre dernier baiser c'est moi qui vous
le donne pour vous reprendre
le souffle chaud.
Mais j'suis pas là pour vous effrayer,
j'fais juste mon travail qui est de vous faire trépasser.
Dans le fond je suis peut-être la seule vraie justice.
Je vous prends tous sans préjudice.

Chu tu seul à soir

Le gars qu'tu connais y'est plus dans l'miroir,
celui qui l'remplace y'est pas beau à voir.
Ton absence me fait mal, le silence me fait peur.
Le destin m'a frappé quand j'r'gardais ailleurs.
Y'a un nuage qui pleut sur ma vie.
C'est pas moi qui l'invente, c'est mes yeux qui l'ont dit.
J'ai serré mes vieux rêves dans le fond d'un tiroir.
J'ai remis mon air bête...
Chu tu seul à soir,
à r'garder notre histoire,
c'que j'ai pas voulu voir.
Chu tu seul à soir.
J'ai enfin compris c'que j'avais...
pis c'qui te manquait.
Quand t'es partie, t'avais tes raisons,
t'as fait tes valises, t'as défait mes illusions.
Moi j'essayais d'voler avec des ailes de bois.
Dire que j'me demandais pourquoi j'volais bas.
Le gars qu'tu connais y'est plus dans l'miroir.
Mais pendant que j'te parle toi tu m'entends pas.
Si pour moi c'est nouveau, toi tu connaissais ça.
Avec mon air bête...

Témoin

C'est bien facile de n'pas regarder,
De faire semblant de rien comprendre.
C'est mieux d'laisser faire et d'oublier.
Ils finiront bien par se faire prendre.
Si tu vois tout et que tu dis rien
Alors témoin, t'es moins que rien
Et tu penses p't'être qu'on va t'oublier.
Si tu sais tout et que tu fais rien
Alors témoin, t'es moins que rien,
Et tu penses p't'être t'en tirer.
Mais cette victime moi je n'la connais pas
Et puis dans l'fond je ne lui doit rien.
Elle n'avait qu'à pas être là.
C'est son problème moi j'm'en lave les mains.
Refrain
J'pousse pas ma chance, j'reste tranquille
Tout se passera sans histoires.
J'ai pas le choix ni le courage
De faire lumière dans le noir.
J'pousse pas ma chance, j'reste tranquille,
J'fais juste semblant d'être ailleurs,
J'laisse faire la loi, pis j'reste ben sage,
C'est plus facile quand t'as peur.

Délinquance

Sa mère ne l'aimait plus parce que son père, il l'aimait trop.
C'fait qu'elle est tombée dans rue d'une bonne poussée dans l'dos.
Elle a perdu l'fil de ses idées au bout d'l'aiguille qui fait rêver.
On n'a pas tous une tendre enfance, elle c'était plutôt d'la délinquance.
Elle n'a jamais trouvé de raisons pour expliquer,
Pourquoi que dans une foule elle est toujours isolée.
Elle n'a jamais trouvé de raisons pour expliquer,
Pourquoi que des fois la vie est déjà toute tracée.
Sans un bon encadrement, elle peut pas être sage comme une image.
Pour elle, changer d'foyer d'accueil, c'était juste changer un peu sa
Cage.
Tout ce qu'elle voulait c'était sa chance, un p'tit coup d'main pour
Faire sa place.
Mais le coup de main y'en a plusieurs qui voulaient juste y mettre dans
La face.
C'fait qu'elle a grandi dans rue, dans l'fond des ruelles sans issue:
La société des allumés qui vivent de la misère qui tue.
Dans la vie tout se vend, tout s'achète, et y'a bien plus d'acheteurs
Qu'on pense.
Y'en a plusieurs qui fixaient l'prix de sa délinquance.
Refrain
C'est l'genre d'histoire que l'monde aime bien avec une belle fin
Prévisible.
À voir quelque chose tous les matins ça finit par être invisible.
Mais j'pense que je vais vous décevoir, c'est pas ma faute c'est son
Histoire.
Moi j'fais juste la raconter, c'est elle qui décide où aller.
Sa mère n'la connaît plus parce que son père,il l'aimait trop.
Pis c'est comme ça qu'elle a su comment qu'on sauve sa peau.
Elle a repris au fil des années tout ce qu'on lui avait enlevé.
Elle a compris qu'on fait sa chance, on n'attend pas qu'les autres y
Pensent.
Elle a trouvé toutes les façons pour se cacher.
Maintenant dans une foule elle est toujours dissimulée.
Mais elle n'a jamais cherché d'façons pour oublier.
Elle regarde le monde autour, des fois, pour se rappeler.

L'orage

Avance-moi l'argent que j'manque le fond.
Faut que j'me rendorme, que je reprenne ma forme.
Vite, j'ai pas le temps, j'perds la raison.
Faut que j'disparaisse, que je remette ma laisse.
J'te donne ma vie pour que tu m'emmènes loin d'ici.
J'te donnerai tout ce que j'ai juste pour oublier.
Paraît qu'c'est de la dépendance, moi ça dépend j'danse des fois.
Moi ça dépend j'danse des fois d'autres pas.
J'te donne mon coeur pour arrêter d'avoir peur
J'te donnerai tout ce que j'ai juste pour oublier.
Et l'orage, et l'orage, c'est dans l'âme de ceux qui sont tombés.
Et l'orage, et l'orage, pour ceux qui cherchent sans jamais trouver.
Et l'orage, et l'orage, ça rend les jours plus durs à traverser.
Et l'orage, et l'orage, c'est pour ceux qui ont les mains liées.
Quand j'me regarde dans l'fond de ma cuiller,
J'trouve que j'me ressemble moins qu'hier.
C'est toujours le lendemain de la veille,
Même quand tout change, tout reste pareil.
Quand j'ai rien d'autre, j'me couche dans une bouteille
Pis j'suis encore là quand j'me réveille.
Pourquoi j'me lève, à quoi ça sert?
J'aime mieux passer mes journées dans ma chambre de verre.
J'te donne mon coeur pour arrêter la douleur.
J'te donnerai tout ce que j'ai, juste pour oublier.
Refrain
Comment les autres peuvent savoir ce que j'pense
Quand moi-même j'sais plus qui est en moi.
Avance-moi l'argent pour que je manque le fond,
Pour que je m'endorme, que j'r'prenne ma forme.
Vite, j'ai pas le temps, je perds la raison.
Faut que j'disparaisse.

Festin de pingouins

Bon ben j'suis encore passé en dessous d'la table du festin de la vie,
pis c'est pas fini.
J'ai plus d'problèmes d'abri fiscal, j'ai des problèmes d'abri normal,
pis mes chums aussi.
Dire que dans l'temps on était connu.
On jouait du jazz le soir dans les boîtes de nuit.
Des fois, on se faisait même reconnaître dans la rue mais le jazz est
mort pis notre carrière aussi.
Michel jouait du balai comme la meilleure des ménagères mais lui il
balayait sur sa caisse claire.
Il jouait un peu comme Buddy Rich mais en moins riche et en moins beau.
Mais sa batterie rentrait dans son auto.
Rodolphe n'était jamais pressé, sauf peut-être des fois quand il voulait
aller se coucher.
Quand il lâchait sa guitare pour dire «merci» et s'en aller,
c'tait toujours pour aller relaxer.
Fred était le contrebassiste.
Mais avant tout un philosophe existentialiste.
Pour divertir pendant le spectacle
il faisait un peu de tir à l'arc.
Essayez pas, les cordes débarquent.
Maintenant on vit sur les terrains vagues et dans les rues.
On parle aux pigeons parce qu'eux autres ils nous reconnaissent encore.
Vedette un jour mais ç'dure pas, si on avait su...
on l'aurait fait quand même parce qu'on a des têtes de porcs.
Claude jouait de la mandoline, de l'harmonica et d'la guitare,
d'l'accordéon et quoi encore?
Il jouait un peu comme un Django mais avec quelques doigts en trop.
Il passait son temps à faire des jeux de mots.
Maintenant c'est lui qui nous fait vivre à tous les jours.
Il passe ses journées dans les ruelles à faire le tour.
Il vend c'qu'il trouve pour qu'on ait quelque chose à manger
Pis même si on entends plus rien on continue à jouer pis on va jamais
s'arrêter.
Rudy était reconnu pour ses paroles.
Pas celles qu'il chantait mais celles qu'il oubliait.
pis c'est sur nous que ça retombait.
Comme un oiseau qui part et qui s'envole, sa mémoire se promenait

Te retourne pas

Je regarde dans tes yeux, et tout ce que je vois c'est folie.
Et je dois essayer d'y pénétrer.
Toi, tu deviens fou et tu essaies d'en finir.
Un dernier regard avant de repartir.
Mais j'te dis:
Te retourne pas.
J'ai plein de questions, mais pas de réponses
pour toi, toi, pour toi, toi, pour toi... toi, toi, pour toi...
Et chaque jour p'tit à p'tit tu disparais.
Mais qu'est-ce que tu peux dire quand personne ne t'écoute?
Je suis désolé qu'on t'ait pas invité.
C'était pas ton genre de soirée.
Refrain
Pourquoi chaque fois c'est toujours la même chose?
Toi tu t'en vas, et moi je reste planté là.
Mais tu dois rester, mais tu dois rester, moi je veux t'aider, allez faut
rester.
Allez assied-toi, fais-le pour moi, allez écoute-moi que je te dis:
Te retourne pas.
J'ai plein de questions, mais pas de réponses
pour toi, toi, pour toi, toi pour toi...
Et il faut rester, moi je veux t'aider,
allez faut rester, moi je veux t'aider.
Reste là là là là là, Reste là là là là là,
Reste là là là là là, Reste là là là là là...

P'tite vie, p'tite misère

Bon y'est enfin cinq heures tapant.
J'peux prendre mes chaînes pis les enlever.
Dire que j'ai hâte de sacrer mon camp,
ça n'serait pas trop exagéré.

Pis quand je reçois mon chèque de paie,
mon salaire net dit qu'j'suis lavé.
Y'est dépensé depuis la vieille.
Pourtant j'essaie d'économiser.

P'tite vie, p'tite misère,
Qu'essé que j'vais faire?
J'suis pris dans l'bas de l'échelle
de votre tour de Babel.

Des fois j'pense qu'mon boss est
teigneux.
Il dit que j'devrais être reconnaissant
d'attendre pour vivre d'être vieux.
Non mais faut-il manquer de bon sens.

C'est quand même drôle il paraît qu'on
gagne sa vie.
Mais moi j'ai rien gagné, je l'ai travaillée.
Pis si jamais un jour j'me rends au
paradis,
j'veux travailler aux admissions pis mon
boss va brûler...

Le bleu du papier blanc

À ceux qui pensent que j'écris juste des chansons tristes.
Ben vous saurez que le bonheur j'sais qu'ça existe.
Mais peut-être que d'en parler j'ai peur de l'effrayer
ou c'est rien qu'mes mots qui n'savent plus lire dans mes pensées.
J'ai jamais dit que je savais de quoi j'parlais.
Ç'aurait insinué que la vie, j'la comprenais.
Moi, j'suis juste un simple ouvrier
qui travaille dans les mines de plomb.
Je passe mes journées, mes nuits, à creuser mes pensées
pour en trouver le fond.
Le bleu du papier blanc.
Le bleu du papier blanc.
Combien qui me reste de temps?
Le bleu du papier blanc...
Si parfois ce que je vous dis ça ressemble à de la poésie,
c'est seulement un jeu pour habiller un peu mes idées.
Pis que du monde m'écoute ça prouve que la chance me sourit
même si mes cordes vocales sont un peu désaccordées.
Mais mon crayon y'est tanné de se faire pousser,
de jeter l'encre sur un petit bout de papier.
J'sais qu'il aimerait ça mais j'ai pas de talent pour dessiner.
Alors j'ai peur qu'un jour il décide de s'effacer.
Refrain
Parfois, souvent j'y pense que j'ai le vertige,
y paraît que c'est la peur des auteurs,
d'être assis un jour à r'garder toutes mes idées qui figent
pis de n'plus savoir écrire ce que j'ai au fond du coeur.
À ceux qui pensent que c'est facile d'écrire une chanson
avec des rimes à toutes les phrases pour que ce soit bon.
J'suis pas d'accord mais vous avez peut-être raison.
Y'en a plusieurs comme ça qui vendent des disques
à coups de millions.

Roche et roule

instrumental

  • Musiciens invités - Rick Haworth: guitares, banjo, bajo sexto; Pete Sullivan: trombone; Andy Czerny: accordéon; Marc Chartrand: percussion
  • Voix et effets vocaux: Colin Haworth, Glen Robinson, George 'the Dog' et Roxanne 'la Chienne'
  • Arrangements: Vilain Pingouin et Rick Haworth
  • Réalisation: Glen Robinson et Rick Haworth
  • Mixage: Glen Robinson
  • Enregistré et mixé au studio Le Studio, Morin Heights
  • Assistant: Simon Pressey
  • Gravure: Howie Weinberg, Masterdisk, New York
  • Producteur exécutif: Michel Marceau
  • Production: Les Productions Musicales Mégawatt inc.
  • Pochette - Conception graphique: Anne Thomas designer, Bernard Lagacé et Benoit Giguère; photos: Jean-François Gratton.
  • Édition: Éditions Cayotteuses - Éditions Protonik