Album

Vilain pingouin
Vilain Pingouin

Vilain Pingouin Vilain Pingouin


Marche seul

C'est peut-être un peu ma faute
J'ai marché la tête trop haute
J'ai pas fais assez attention
Mais ce n'est pas la vraie raison
Ils ont dit : regarde ces terres
On te les rendra plus prospères
Tu sais avec un peu de confiance
Ça fera toute la différence
Oh oh oh! je marche seul,
Oh oh oh! je marche seul
Oh oh oh! Sans foi ni loi,
Oh oh oh! je marche seul
Ils avaient un grand sourire
Leur argent allait fleurir
Je n'ai eu qu'à signer mon nom
À ma famille, je leur en demande pardon
Ils ont dit : regarde ces terres
Elles étaient tiennes, mais ça c'était hier
Tu sais avec un peu de confiance
On te les a prises avec aisance
Oh oh oh! je marche seul,
Oh oh oh! je marche seul
Oh oh oh! Sans foi ni loi
Oh oh oh! je marche seul
Ils ont dit : regarde ces terres
Elles étaient tiennes, mais ça c'était hier
Tu sais avec un peu de confiance
On te les a prises avec aisance
Oh oh oh! je marche seul
Oh oh oh! je marche seul
Oh oh oh! je marche seul
Oh oh oh! je marche seul

Régime de fer

En Afrique du Sud, l'État s'ennuie
Il broie du noir, il broie du noir
Et chaque jour, et chaque nuit
J'entends les cris, j'entends les cris
Et si tu n'es qu'un fils de noir
Alors tu n'es qu'un fils de bâtard
Tu lui appartiens, tu lui apartheid
Régime de fer à part entière
Mais quand on gouverne avec des chaînes
On ne s'attire que la haine
Et quand on met un oiseau en cage
On ne peut contenir sa rage
Et pourquoi les regarder, sans les voir?
Pourquoi les écouter, sans y croire?
Pourquoi les regarder, sans les voir?
Pourquoi toujours se détourner du miroir?
Et quand il te frappe sur les mains
Et qu'il te dit que c'est pour ton bien
Tu sais que celui qui a toujours raison
C'est celui qui tient le bâton
Avec la sueur et le sang de tes pères
Il a arrosé ses terres
Il te regarde et décide de ton sort
Qui sera de les suivre dans la mort
Et pourquoi les regarder, sans les voir?
Pourquoi les écouter sans y croire?
Pourquoi les regarder sans les voir?
Pourquoi toujours se détourner du miroir?

Salut salaud

T'es même pas venu me dire salut
Je viens d'apprendre que j'te r'verrai plus
Juste un petit mot futile
Pour nous dire qu'c'était pas facile
Juste un petit mot futile
Pour nous dire que t'étais fragile
Et ces nuages qui planaient au-dessus de ta tête
Et cette cage qui te gardait comme une bête
Mais quand t'as décidé, t'as pas pensé à nous
Et maintenant j'reste seul à les regarder remplir le trou
Et j'entends...
Bon ben salut salaud!
J'penserai à toi quand y fera beau
J'espère que je t'en voudrai pas trop
Et pourquoi nous faire payer si cher
C'qu'on n'a pas su faire?
Et pourquoi ainsi nous punir
Pour c'qu'on a pas su dire?
Et je crois, et je crois
Que tu seras toujours en moi (bis)
Et ces nuages qui planaient au-dessus de ta tête
Et cette cage qui te gardait comme une bête
Mais quand t'as décidé, t'as pas pensé à nous
Et maintenant j'reste seul à les regarder remplir le trou
Et j'entends...
Bon ben salut salaud!
J'penserai à toi quand y fera beau
J'espère que j't'en voudrai pas trop
Bon ben salut salaud!
Et je crois, et je crois
Que tu seras toujours en moi
Bon ben salut salaud!
J'penserai à toi quand y fera beau
J'espère que j't'en voudrai pas trop
Bon ben salut salaud!

Sous la pluie

Qui sommes-nous pour juger de la vie des gens?
Reste а savoir si on se juge aussi sйvиrement!
J'peux pas vous dire que j'comprends comment elle se sent
J'peux juste m'offrir comme bйquille pour un instant
Quand elle crie au milieu de la nuit,
Elle n'est pas toute seule, elle crie aussi pour lui
Et cette cicatrice qui sillone son coeur
Elle la fait frйmir, quand doucement je l'effleure
Et le temps qui passe, et le temps qui casse
Souvent c'qu'on essayait d'bвtir
Et le temps qui passe et le temps qui casse
Les illusions qui se laissent mourir
Et qui sommes-nous pour juger?
Oh! sous la pluie, on voit jamais son chemin
Oh! sous la pluie, on a peur du destin
Oh! dans la vie, on comprend jamais rien
Sauf qu'on a froid quand on est sous la pluie
Qui sommes-nous pour juger de la vie des gens?
Quand elle s'approche et s'appuie doucement,
Je sens les reproches et je sens son tourment
Et le temps qui passe, et le temps qui casse
Mais il faut vivre avec ses souvenirs
Et le temps qui passe, et le temps qui casse
Mais il faut arrкter d'se punir
Et qui sommes-nous pour parler?
Oh! sous la pluie, on voit jamais son chemin
Oh! sous la pluie, on a peur du destin
Oh! dans la vie, on comprend jamais rien
Sauf qu'on a froid quand on est sous la pluie
Oh! sous la pluie, on voit jamais son chemin
Et mкme la nuit, y'a l'espoir du matin
Oh! dans la vie on, comprend jamais rien
Sauf qu'on peut pas rester sous la pluie

Ainsi soit-il

J'veux pas essayer d'changer l'monde, j'pourrais pas tenir mes promesses
Mais là en moi la colère gronde et y a des choses qui me blessent
Et quand j'entends frapper la mort, je l'entends frapper dans mon coeur
Qui se durcit et j'dis alors que j'avais raison d'avoir peur
Dehors y a la haine et la guerre, il y a des gens qui meurent de faim
Il y a la peine et la misère et pour plusieurs pas d'lendemain.
Mais quand je vois frapper la mort, je la vois frapper sur mon coeur
Qui est aveugle et j'dis alors que j'avais raison d'avoir peur
J'arrive pas à comprendre tout ça
J'voudrais bien qu'on m'dise pourquoi
J'voudrais bien qu'on m'explique pourquoi
La vie c'est la vie et qu'on n'peut rien y changer
Et ainsi soit-il
C'est bien facile de toujours pointer les autres du doigt
Mais ça fait plus mal quand j'me rend compte que j'pointe vers moi
On n'parle que d'meurtres dans les journaux, y a qu'à regarder les
Manchettes
Les criminels ne sont qu'les chiots d'la société qui les allaite
Et quand je sens frapper la mort, je la sens frapper sur mon coeur
Qui n'a plus mal, et j'dis alors que j'avais raison d'avoir peur
J'arrive pas à comprendre tout ça
J'voudrais bien qu'on m'dise pourquoi
J'voudrais bien qu'on m'explique pourquoi
La vie c'est la vie et qu'on peut rien y changer
Et ainsi soit-il
J'veux pas essayer d'changer l'monde
J'pourrais pas tenir mes promesses
Mais là en moi la colère gronde
Et y a des choses qui me blessent
Et quand j'entends frapper la mort
Je l'entends frapper dans mon coeur
Qui se durcit et j'dis alors
Que j'avais raison d'avoir peur

Le Train

J'me lève à chaque matin mais j'suis pas sûr que c'est moi
J'aime autant pas y penser, ça fait longtemps qu'j'ai compris;
Qu'on passe à travers sa vie à coups de journées
La seule chose qu'on veut garder c'est l'droit de rêver
La gourmandise des uns fait la famine des autres
Pis on s'met à chialer quand cette famine c'est la nôtre!
Quand on regarde vers son passé
On s'rend compte qu'y a rien à oublier
Mais on a peur de s'avancer
Et on se laisse enraciner
Parce qu'on passe à travers sa vie à coups de journées
La seule chose qu'on veut garder c'est l'droit de rêver
La liberté des uns devient la prison des autres
Pis on s'met à chialer quand cette prison c'est la nôtre!
Un jour je vais sauter sur un train
Et disparaître au bout du chemin
Ou p't'être même embarquer sur un radeau
Et ceux qui pensent que j'vais m'noyer,
Oublient qu'j'ai appris à nager!
Quand la femme se lève le matin
Elle r'connaît plus son mari
Elle r'connaît plus l'homme qui est en lui
Celui qu'y a longtemps l'avait séduite
Parce qu'il passe à travers sa vie à coups de journées
La seule chose qu'il veut garder c'est l'droit de rêver
La rage de vivre des uns fait souvent faiblesse à d'autres
Pis on s'met à chialer quand cette faiblesse c'est la nôtre!
Un jour je vais sauter sur un train
Et disparaître au bout du chemin
Ou p't'être même embarquer sur un radeau
Et ceux qui pensent que j'vais m'noyer,
Oublient que j'ai appris à nager!

Les Belles années

Tu es passé du désir au berceau
Comme une musique quand on lui met des mots
Tes premiers cris déchirant la nuit
Donnaient un nouveau sens à nos vies
Et ces souvenirs qui me reviennent
Ne font rien pour alléger ma peine
On voulait te protéger de tout
Mais on t'a pas protégé de nous
Où sont les belles années
Où sont les belles années
Où sont les belles idées
Où sont les belles années
On a vieilli et on s'est fait vieillir
De nos erreurs et de nos repentirs
Et tous ces cris déchirant tes nuits,
C'était la mort de l'amour quand elle fait du bruit
Parce que les raisons et les bonnes intentions
Ça n'empêche pas la fin des saisons
On voulait te protéger de tout,
Mais on t'a pas protégé de nous
Refrain
Tu sais parfois la vie nous égare
On ne sait plus trop où est-c'qu'on est
On s'accroche à c'qu'on avait de beau
Pour jamais oublier, pour savoir où chercher
Refrain

Dieppe

Une médaille pour les braves, et reposez dans vos tombes
L'État a dit qu'l'heure était grave, qu'il fallait que l'ennemi tombe
On est allé s'battre au front, on en avait tout l'tour d'la tête
On pensait r'venir les bras pleins d'galons
Mais c'est là qu'ils nous ont fait notre fête.
Vous pouvez pas savoir comment on se sent
De s'tenir debout un fusil à la main,
De voir ses frères se traîner dans leur sang,
Savoir qu'on n'sera que des souvenirs demain.
Allez donc savoir qui a raison, qui a tort
Et qui peut célébrer la victoire,
Quand les peuples font le décompte de leurs morts,
Quand vainqueurs et vaincus doivent se vêtir de noir!
Moi mes fantômes ont beaucoup voyagé
On a donné nos vies pour vos libertés
On a rendu nos âmes, on a rendu nos armes
Mais pourquoi faire couler tant de sang, tant de larmes!
Et ça continue.
Une médaille pour les fous
Qui croyaient en finir
Ils oubliaient par-dessus tout
Qu'l'homme n'apprend pas d'son passé, il répète pour l'avenir.
Ah! tant de stupidités,
Issues de notre cupidité
La mort ça fait mal, même quand c'est au nom du bien
Puis j'me rend compte qu'on a peut-être fait ça pour rien.
Ceci est pour ceux qui croient à la vie
Ceci est pour ceux qui n'ont rien compris
La haine et la guerre n'ont pas leur raison
Mais l'homme non plus, et ça continue...
Moi mes fantômes ont beaucoup voyagé
On a donné nos vies pour vos libertés
On a rendu nos âmes, on a rendu nos armes
Mais pourquoi faire couler tant de sang, tant de larmes!
Et ça continue.

Viva l'élection

Hey! les enfants, c'est le temps de voter
Vous avez besoin de moi et j'ai besoin de vous. Right!

Mes cheveux cirés, mon regard TV
Je rêve à la gloire et bien sûr au pouvoir
Ma photo dans tous les journaux
Faut vraiment me voir pour me croire
Et je serre les mains dans tous les patelins
Je promets la lune si c'est pour faire la une
Mais quand je serai élu allez donc voir
Tous ces projets seront dans les tiroirs

Viva l'élection, une poignée dans le dos
Viva l'élection, des mensonges très gros
Viva l'élection, faut remplir les sots
Viva l'élection, mettre du vin dans le pot

Et je suis certain
Que c'est mon destin
Et votre ignorance
C'est ça qui fait ma chance
Vous voulez savoir
Comment faire le bon choix
Oui, il faut savoir où planter sa croix!

Hey! Votez pour moi!
Hey! Je me ferai roi
Hey! Tu veux la liberté
Hey! Je te la ferai payer!

Viva l'élection, une poignée dans le dos
Viva l'élection, des mensonges très gros
Viva l'élection, faut remplir les sots
Viva l'élection, mettre du vin dans le pot

On va tous y passer

Elle venait à peine d'avoir 12 ans
Quand elle décida de lever les voiles
Histoire d'aller se faire les dents,
De trouver quelqu'un qui tacherait sa toile
Et les souliers qui l'ont menée,
Elles sont de ceux qui marchent trop vite
Et à force de vouloir trop courir,
On oublie souvent de réfléchir
Mais quand on croit tout savoir
Et qu'on prend pas le temps de s'asseoir
On essaie tous d'oublier
Qu'on va tous y passer
Avec sa dentelle de ruelle
Elle marchait sur la corde raide
Et son sourire un peu réfléchi
Qu'elle gardait pour les bons amis
Et moi, j'demandais pas mieux que de l'aider
Et moi, j'voulais vraiment tout lui montrer
Mais quand on croit tout changer
Et qu'on prend pas le temps d'regarder
On essaie tous d'oublier
Qu'on va tous y passer
Elle venait à peine d'avoir 12 ans
Quand elle décida de lever les voiles
Histoire d'aller se faire les dents
De trouver quelqu'un pour endormir le mal.
On va tous y passer.

François

On venait à peine d'avoir 13 ans
La première fois qu'on s'est battu
Il était gros et moi petit
Il a gagné, n'en parlons plus
On s'est acheté des guitares pourries
Elles étaient bleues et à batteries
On a torturé parents et amis
Au détriment de nos amplis
Je dis "Hé! François, non ne t'en fais pas
Un jour on se rendra là
Hé! François, non ne t'en fais pas
La chance tournera pour toi et moi
Hé! François, non ne t'en fais pas
Un jour on se rendra là
Hé! François, non ne t'en fais pas
La chance tournera pour toi et moi"
Il a maigri, il a maigri
Et moi je suis resté petit
On aimait le même genre de fille
Mais elles ne nous aimaient jamais
Et même sans argent, à tous les soirs
On s'arrangeait quand même pour boire
Se réveiller dans les même ruelles
Et bien souvent dans les mêmes poubelles
On a vieilli, on a vieilli
Et moi je suis resté petit
On n'aimait plus le même genre de fille
J'en avais une, je pense qu'elle m'aimait
Avec le temps on s'est perdu
On n'se voit plus tellement souvent
On s'tape quand même bouteilles et poubelles
Mais pas autant que dans le bon vieux temps
Refrain
Hé! François, non ne t'en fais pas
Un jour on se rendra là
Hé! François, non ne t'en fais pas
La chance tournera pour toi et moi"

  • Musiciens invités - Rick Haworth: slide guitar; Kenneth Pierson: orgue Hammond; Andy Czerny: accordéon; Jean-Pierre Zanella: saxophone; Éric Lemoyne: synclavier.
  • Voix: Laurence Jalbert, Sandra Luciantonio, Dan Tierney.
  • Arrangements: Vilain Pingouin et Rick Haworth
  • Réalisation et mixage: Glen Robinson
  • Enregistré aux studios Victor (assistant: Bill Kinali) et Le Studio (Simon Pressey); mixé au studio Le Studio, Morin Heights.
  • Pochette - Photographie: Claude Michaud; design graphique: Yves Archambault et Martin Dumais
  • Édition: les Éditions Protonik, © Audiogram
  • Production: Mégawatt Communications